#14 – L’importance de l’auto-motivation

by Mrs W.
Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Que faire face à un manque de reconnaissance ? Tu as tout donné et pourtant, rien…Le vide intersidéral. Aucun retour, voire pire, des critiques et encore des critiques. Comment garder son calme et surtout sa motivation lorsqu’on a l’impression que nos efforts ne comptent pas ou ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ?

On peut connaître pareille déconvenue en couple ou dans une relation amicale mais aussi dans la sphère professionnelle.   Dans ce cas précis, il semble plus délicat d’exiger de son boss qu’il ou elle nous inonde de compliments et d’encouragements. Mais est-ce vraiment cela qu’on recherche ? C’est plus subtil que cela, non ? Parlons-en dans ce quatorzième épisode consacré à une voie possible de solution que nous avons en chacun de nous : l’importance de l’auto-motivation.

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

 Sommaire (Temps de lecture : 7 minutes)

  1. Reconnaissance où es-tu ?
  2. Eviter les dangereuses routes de la dévalorisation
  3. Action !
  4. I’ve got the power !

 1. Reconnaisance où es-tu?

Il faut bien se l’avouer, c’est le lot d’un bon nombre d’entre nous et même, d’une certaine manière, un fil conducteur dans les différentes étapes de notre vie. Je vous parle de cette constante recherche de reconnaissance.

Lorsqu’elle arrive enfin, elle s’accompagne d’un sentiment indescriptible de bien-être et de juste retour pour les efforts accomplis.

Il ne faut pas grand chose pour l’enclencher, qu’il s’agisse :

  • de l’applaudissement de bébé qui parvient enfin à devenir propre,
  • les chaudes félicitations des parents après la remise du bulletin scolaire,
  • le travail de fin d’études récompensé d’une belle note,
  • le remerciement du conjoint pour avoir fait spontanément la vaisselle ou préparé le dîner avec amour,
  • ou dans la catégorie 2.0 l’explosion de likes sur la photo stylisée de notre plat du jour postée sur Instagram (au prix de 156 prises avant d’avoir la bonne au grand dam du conjoint qui a faim, lui #thefoodiscoldnow).

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Cette reconnaissance nous nourrit et nous motive à persévérer dans nos entreprises et efforts avec ce sentiment d’être reconnu(e) à notre juste valeur.

On peut, bien entendu, l’appliquer à la carrière professionnelle qui peut, dans le meilleur des cas, être pavée de beaux grands et petits moments de reconnaissance : promotions, augmentations, distinctions d’employé du mois ou de l’année, remerciements sincères pour le travail fourni, e-mail encourageant en mettant en copie le management, bonus, les exemples peuvent se multiplier à l’infini.

A l’infini, vraiment ? Pas si sûr. Dans le meilleur des mondes, peut-être.

En réalité, il arrive qu’on soit plus proche de 0 que de l’infini.

Des milliers de raisons peuvent l’expliquer : la vive allure des journées de travail ne laisse pas toujours le temps pour nous remercier de chaque action positive accomplie. Et puis au fond (je me fais l’avocate du diable), on est payé pour ça, non ? La rémunération compense nos efforts, c’est ce qu’on appelle un contrat.

Mais le salaire ne fait pas tout.

Lorsqu’on débute, et même après d’ailleurs, nous avons besoin d’avoir du feedback et d’autant plus lorsqu’on fournit des efforts qui sortent de l’ordinaire ou lorsqu’on a particulièrement bien fait quelque chose.

Cela booste tout simplement le moral des troupes : on ne demande pas pour autant une standing ovation mais un – « merci, good job ! », fera très bien l’affaire. Et parfois, même ça, on ne l’a pas.

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Certaines personnes n’ont aucune difficulté à reconnaître les bons points au quotidien (et n’attendent pas l’évaluation annuelle pour dire enfin quelque chose de positif) mais d’autres peuvent être plus avares en compliments ou auront tendance à voir le verre à moitié vide en toutes circonstances (ou le verre vide même lorsqu’il est à moitié plein).

Cela peut vite mener à un déficit de notre quota de reconnaissance et à force de ne recevoir que du retour négatif sans porter (en apparence du moins) grande attention aux actions positives réalisées, notre degré de motivation est fortement atteint.

2. Eviter les dangereuses routes de la dévalorisation

Lorsqu’on a l’impression que nos efforts ne sont jamais rétribués ou même jamais remarqués, peut même se poser la question du sens de nos actions.

Pourquoi faire tout ça ? Pourquoi se casser la tête si il ou elle ne sera de toute façon pas plus content(e) que ça ?

Et si on va jusqu’au bout du délire, on peut même se dire qu’on n’est pas assez bon(ne), qu’on ne fait jamais assez, qu’on ne vaut rien…L’air de rien, on emprunte alors le chemin de la dépréciation.

Si on n’est pas assez solide, on risque d’entrer dans une spirale d’idées noires et négatives qui peuvent mener à une perte totale de confiance en soi.

Cela doit être l’ultime sonnette d’alarme.

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Deux précisions s’imposent toutefois :

  • Je crois dur comme fer que la remise en question est absolument nécessaire dans tous les aspects de notre vie : être critique sur soi, ses décisions et ses choix permet de prendre de la distance et oser reconnaître qu’on a plus ou moins bien fait certaines choses et s’orienter légèrement différemment pour l’avenir. Le but est de s’améliorer. En plus, cela permet de ne pas se reposer sur ses lauriers et rechercher toujours l’excellence.
  • En revanche, notre remise en question ne peut pas nous mener à une négation totale de tous les efforts objectifs visibles et moins visibles que nous avons fournis, simplement parce qu’une personne extérieure a refusé de les voir, de les dire, de les formuler devant nous. Tout ne peut pas être à jeter quand même ?

3. Action ! 

Dans une telle situation, nous n’avons d’autre choix que d’être créatifs (il est peu probable que l’on s’adapte à nous et à nos besoins finalement) et d’aller chercher nous-mêmes les signes de cette reconnaissance qui ne vient jamais malgré des demandes répétées.

C’est une réalité, les gens ne seront pas toujours là pour vous masser les épaules et vous dire que vous êtes géniaux. Mais ce n’est pas le mot de la fin, on ne s’avoue jamais vaincu, n’est-ce pas  (cf. l’épisode 7 – Il n’y pas de non qui tienne) ?

Je vous propose un plan d’action à quatre leviers : 1) Auto-validation ; 2) Auto-motivation ; 3) Encaisser les coups durs et 4) Chercher/créer les occasions de reconnaissance.

  • Step 1 Auto-validation

Alors, l’exercice consistera tout d’abord à prendre conscience de sa propre valeur et des choses que nous faisons bien : par exemple, le fait que vous puissiez travailler dans 2 ou 3 langues ou ayez une expérience longue de plusieurs années dans un domaine spécifique sont de véritables atouts qu’il ne faut pas oublier ou faire passer pour banal.

Vous avez de la valeur et c’est pour cela qu’on vous a embauché pour le job et qu’on continue à collaborer avec vous sur divers projets.

A ne jamais oublier (Mufasa avait trop raison : « N’oublie paaaaaaaas, qui tu eeeeeees », bon j’arrête avec les références du Roi Lion mais y’avait des vraies répliques là-dedans si on regarde bien).

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

En somme, avant de rechercher la validation des autres, il faut d’abord s’auto-valider et en être convaincu fermement.

Finalement, pour reprendre la métaphore des réseaux sociaux, qu’on ait 2 ou 150 likes, on sait que notre photo est de qualité et cela ne nous empêchera pas de poster d’autres photos par la suite même si la photo précédente a récolté moins de vues ou d’appréciation externe.

  • Step 2 – Auto-motivation ou enclencher le détecteur d’ondes positives 

Pour ma part, lorsque j’étais en mal de reconnaissance, j’ai réalisé que certaines personnes fonctionnaient tout simplement différemment.

Lorsqu’elles ne disaient rien ou ne faisaient pas de commentaires sur les documents préparés par mes soins, cela signifiait qu’elles étaient contentes du contenu du travail rendu.

Aussi simple que cela. Moins je voyais de rouge sur le document, plus je progressais même si cela ne m’était pas formellement exprimé.

Un autre signe tout simple de la qualité de mon travail se reflétait lorsqu’on m’attribuait de nouveaux dossiers, de plus en plus importants et stratégiques (voir l’épisode sur la compétition) : si on n’était pas content de mon travail, on ne me confierait pas de telles missions, non ?

Ca a l’air tout bête mais cette recherche d’indices positifs m’aidait vraiment concrètement dans les moments où je me demandais si ce que je faisais avait vraiment de la valeur.

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Et puis la reconnaissance ne doit pas toujours venir du même canal : la satisfaction des clients, le retour positif d’autres collègues étaient autant de points qui permettaient de renforcer mon estime personnelle. J’ai bien dit « renforcer » et pas « la créer » car mon estime personnelle doit déjà être là à la base et bien ancrée quand je m’auto-valide : ce que les autres ajoutent ce n’est que du bonus.

J’avais aussi noté que pour certaines personnes, il est tout simplement difficile, voire impossible, de faire des compliments en face à face (mais elles peuvent être dithyrambiques lors de l’évaluation annuelle écrite – trop contente d’avoir placé cet adjectif, ça claque non? #vivelalanguefrançaise).

Vous ne savez jamais ce que cache l’attitude d’une personne, vous ne connaissez ni son histoire, ni son vécu. Mais une chose est sûre, son histoire et son vécu ne sont pas les vôtres et ne doivent en aucun cas polluer votre évolution et votre perception de vous-même.

  • Step 3 – Encaisser les coups durs 

Je ne vais pas vous mentir. C’est loin d’être un exercice facile.

Cela demande beaucoup de contrôle (des pensées négatives) et de sang-froid de ne pas se laisser démoraliser par les remarques uniquement négatives sans égard pour les actions positives.

Cela requiert même parfois un petit coup de pouce lorsqu’on n’y arrive pas ou plus seul(e) (on parlera du coaching dans un autre épisode).

A l’époque, mon compagnon, mes amies et proches ont dû subir à de multiples reprises mes états d’âmes et plaintes par rapport à l’absence de reconnaissance que j’avais parfois du mal à supporter.

Cette plainte peut faire du bien mais si elle n’est pas suivie d’action, elle consiste à faire du sur-place et à subir la situation.

  • Step 4 – Aller chercher, voire créer les occasions de reconnaissance 

 Alors je n’ai pas eu le choix, je devais m’astreindre à aller activement la chercher, que ce soit par les indices que j’ai cités auparavant (voir step 2) ou tout simplement en me fixant des objectifs précis à atteindre.

Je pourrais lister à titre d’exemple :

  • une expérience professionnelle à l’étranger dans un pays anglophone,
  • la publication d’articles et livres juridiques,
  • l’enseignement à l’université,
  • la participation à des formations de leadership,
  • travailler sur tel ou tel type de dossier complexe
  • vous pouvez ajouter n’importe quel objectif qui vous tient à cœur…

J’avais vraiment visualisé toute une série de projets professionnels précis que je voulais accomplir et me concentrais sur leur réalisation.

Mon but n’était plus de plaire à telle ou telle personne mais de REALISER tel ou tel projet (bien sûr dans le respect de la hiérarchie) et par la même occasion de ME REALISER et renforcer encore davantage mon estime personnelle et la satisfaction d’accomplir des choses dont j’avais rêvées POUR MOI.

4. I’ve got the power !

Avec le recul, je peux me dire que je suis parvenue à accomplir de belles choses qui témoignent de la reconnaissance de la qualité de mon travail mais aussi du fait que quelles que soient les circonstances dans lesquelles on se trouve, on peut être véritablement des acteurs de notre vie et arrêter d’attendre que d’autres nous donnent cette validation qui ne viendra peut-être jamais ou en tout cas jamais comme on l’espère.

Cela ne s’est pas toujours fait dans la joie et la bonne humeur (bon soyons franche, j’ai bien morflé et ravalé quelques fois mes larmes de justesse face à certaines remarques plus acides) mais j’ai appris énormément.

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Rien n’est facile dans la vie et personne ne viendra jamais vous donner exactement ce que vous souhaitez. Il faut vraiment aller le chercher avec plus ou moins de succès. Car parfois des jeux politiques qui ne vous concernent pas iront contrecarrer vos plans ou objectifs même si cela n’a rien à voir avec la qualité de votre travail.

Tout ne sera pas toujours juste, malheureusement (cf. l’épisode 9 sur le fait que tout le monde n’est pas notre ami au travail).

Ceci étant dit, je crois fermement que dans la vie les choses finissent toujours par se rééquilibrer (sur ce sujet, voy. l’épisode 12 sur le respect qui montre que la roue peut tourner).

En ce qui me concerne, si à une époque, je souffrais de ne pas toujours être reconnue pour mes actions (ce qui ne m’a pas empêché d’entreprendre énormément de beaux projets, je le répète), j’ai, des années plus tard, reçu carrément au centuple, dans d’autres circonstances, toute la reconnaissance que j’avais pendant longtemps désespéré de recevoir directement.

Que faire face à un manque de reconnaissance au travail? Comment garder sa motivation lorsque nos efforts ne sont pas pris en considération à leur juste valeur ? Parlons d’une voie possible de solution : l’importance de l’auto-motivation

Dans tout le processus, je pense qu’il faut s’écouter.

  • Dans mon propre cas, j’estimais avoir encore pas mal de choses à accomplir et j’ai trouvé un système qui me permettait de me développer malgré tout.
  • Dans d’autres cas, votre petite voix interne vous dira que vous ne pouvez plus travailler dans un environnement trop hermétique à vos talents et vous préférerez voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Je ne vends pas de kit de réussite à tous les coups. Ce serait tellement facile (and I’d be damn rich by now).

On ne peut fonctionner que par essais et erreurs.

Pour moi, ces pistes ont fonctionné car elles correspondaient à mon état d’esprit à un moment donné. Lorsque cela ne me correspondait plus, j’ai su encore m’écouter et donner une autre orientation à ma carrière.

Rien n’est figé, mais qu’on le veuille ou non (ou plutôt qu’on nous like ou non), c’est à nous de donner la direction.

Pour conclure en musique, comme le chantait avec conviction le groupe Snap des années 90 : « I’ve got the POWER ! »

Et toi, as-tu aussi fait face à un manque de reconnaissance ? Est-ce un moteur pour te faire avancer ou tu n’en as rien à cirer et continue à avancer qu’elle soit là ou pas ? On continue la conversation en commentaires, par mail ou sur ma page instagram.

On est ensemble,

Mrs W.

*****************

P.S : si ce n’est pas encore le cas, abonne-toi en un clic à la newsletter (via le formulaire ci-dessous ou à droite)  pour être notifié des derniers épisodes et autres articles que je publie sur cet espace (lien vers tous mes autres articles ici).

Vous aimerez peut-être

6 comments

Anne 6 avril 2019 - 9 h 07 min

Quand j’ai vu le titre de l’article j’ai d’abord pensé à mon propre parcours de recherche de reconnaissance. Au fil de la lecture, j’ai songé au fait qu’il ne faisait pas seulement écho aux étapes qui ont été miennes et que tu décris si bien. Ces dernières semaines j’ai eu à motiver quelqu’un qui se retrouve carrément au carrefour de différents stades déterminants que tu mentionnes. Et j’en suis venue à me poser comme question: ai-je contribué moi aussi à son sentiment de non reconnaissance ? La reponse était malheureusement oui. Comme tu dis, la reconnaissance s’exprime parfois dans des gestes ou attitudes qu’il nous faut décoder. Et ce décodage demande souvent de bien connaitre la personne qui en fait l’usage. Je fais malheureusement partie de ces gens qu’il faut décoder parce que ma pudeur (et sans doute d’autres choses) m’empêche souvent d’exprimer certaines choses de manière explicite. Mea culpa. Du coup je vais vraiment essayer de m’améliorer !!🤗

Reply
Mrs W. 6 avril 2019 - 10 h 37 min

Merci pour ce beau témoignage Anne. J’écrivais du point de vue de la personne en recherche de reconnaissance mais c’est intéressant de se dire que parfois la pudeur peut empêcher d’exprimer plus explicitement ces mots tant attendus. Merci pour ton honnêteté et cette nouvelle pierre ajoutée à l’édifice. Gros bisous

Reply
La parenthèse psy 12 avril 2019 - 18 h 39 min

Ton article tombe à pic ! J’ai vécu une mauvaise expérience au boulot hier…
Ma directrice est absence, hors une personne ayant RDV avec elle se présente. Je l’accueille puis j’appelle ma directrice qui ne répond pas. Je discute avec cette personne une bonne heure pour lui présenter notre structure, nos actions et elle repart satisfaite. Ma directrice revient, je lui en informe et sa réaction : « Line, tu aurais m’écrire un texto. JE SERAIS VENUE ». Pardon, pas de merci, pas de merde, rien ?! Je lui sauve les fesses et elle retourne la situation en me tenant responsable de son oubli ?! J’étais offusquée et cruellement en manque de reconnaissance.

Reply
Mrs W. 12 avril 2019 - 19 h 47 min

Je suis contente que cet article ait pu faire écho à cette situation ô combien frustrante de non-reconnaissance. Mais en regardant bien tu as toutes les raisons d’être fière de toi d’avoir résolu toi-même la visite et en plus avec satisfaction de la personne qui aurait pu partir fâchée ! La vraie morale de l’histoire c’est que t’as tout déchiré ! La reconnaissance est venue mais pas là où tu l’attendais…Merci pour ton partage et à bientôt par ici !

Reply
Diane Mboyo 19 mai 2019 - 15 h 07 min

Be your own cheerleader. Se dévaloriser n’a jamais aider personne à avancer. Le pouvoir des paroles que nous semons dans notre propre vie à le pouvoir de se planter et prendre des racines profondes qui vont germer et devenir des arbres qui porterons des fruits. Perso, je veux porter de bons fruits c’est pourquoi j’arrose le jardin de ma vie avec beaucoup de parole positive même quand les circonstances ne me sont pas favorable. I am more than enough. I’m brave, I’m a conqueror, I’m smart and I’m loved.

Reply
Mrs W. 19 mai 2019 - 15 h 08 min

Amen to all of that Diane !!!

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :